Aurel Automobile
Tél. : 09 86 53 60 93| Port. : 06 98 66 23 61 |12, Rue des Longues Raies |78440 Gargenville

Gaz à effet de serre et émission des transports

26/10/2021

Gaz à effet de serre et émission des transports

Le gaz à effet de serre (GES) est présent dans l’atmosphère terrestre. Il intercepte les infrarouges qui sont émis par la surface terrestre.

Par ailleurs, l’effet de serre représente un phénomène naturel qui engendre l’élévation de la température à la surface. Cependant, ce fragile équilibre, indispensable à notre survie, se trouve aujourd’hui menacé.

En effet, les activités humaines altèrent la composition chimique de l'atmosphère causant l’émergence d'un effet de serre additionnel. Aujourd’hui, ce dernier est, en grande partie, responsable du changement climatique.

Le gaz à effet de serre - Un phénomène naturel

L’atmosphère, l’océan et le sol absorbent les deux tiers de l'énergie provenant du soleil. Les nuages, l'atmosphère, les aérosols et la surface terrestre réfléchissent le tiers qui reste directement vers l'espace.

En retour, l’atmosphère ainsi que la surface terrestre émettent un rayonnement infrarouge que les gaz à effet de serre et les nuages absorbent et, ensuite, réémettent en grande partie vers le sol. En effet, les gaz à effet de serre sont, particulièrement, transparents au rayonnement solaire, mais opaques au rayonnement infrarouge qui est émis par la terre. L'énergie est ainsi piégée. C’est ce qu’on appelle le phénomène « effet de serre ».  Sans cet effet de serre, on estime que la température moyenne serait - 19°C au lieu des 15°C.

Les principaux gaz à effet de serre

On trouve plusieurs gaz à effet de serre qui sont naturellement présents dans l'atmosphère. Cependant, leur concentration varie en fonction des activités humaines. Par ailleurs, leurs conséquences sur le climat varient selon leur capacité à absorber et aussi à émettre du rayonnement infrarouge, selon de la concentration dans l'atmosphère ainsi que leur durée de vie.

Gaz à effet de serre - La vapeur d'eau (H2O)

Elle est responsable de la plupart de l'effet de serre naturel. La vapeur d’eau a aussi un important effet de rétroaction sur le changement climatique. En effet, lorsque la température s’élève, l'évaporation s’élève aussi ainsi que la quantité de vapeur d'eau qui est relâchée dans l'atmosphère. Cela accélère encore le réchauffement.

Le dioxyde de carbone (CO2)

Sa concentration peut s’élever vu les processus naturels tels que les éruptions volcaniques, les feux de forêt et les feux de brousse. Toutefois, les activités humaines sont les principales causes de l'augmentation de sa concentration, et ce, depuis 1750. On cite, par exemple :

  • L’utilisation de carbone fossile comme le pétrole, le charbon, le chauffage, les transports et le gaz naturel,
  • La fabrication du ciment
  • Et les changements d'occupation des sols.

Gaz à effet de serre - Le méthane (CH4)

Il est beaucoup plus puissant que le CO2, cependant, il est moins concentré. Le méthane est généralement lié aux processus de fermentation comme les marécages, la digestion des ruminants et les décharges. Ainsi, l'agriculture intensive est aussi responsable de l’élévation des concentrations de méthane.

Gaz à effet de serre - L'ozone (O3)

Il est naturellement présent dans la stratosphère, soit, vers 20 km d'altitude. L’ozone nous protège du rayonnement du soleil ultraviolet qu'il absorbe. Il est aussi produit dans les basses couches de l'atmosphère grâce à des composés organiques volatiles qui sont émis par les activités humaines, notamment, les moyens transports.

Le protoxyde d'azote (gaz hilarant) (N2O)

Il est naturellement émis par les sols. Le protoxyde d'azote provient surtout de l'utilisation d'engrais azotés.

Les émissions de gaz à effet de serre des transports

Parmi les activités humaines, le transport représente le premier responsable des émissions de gaz à effet de serre en France.

En 2019, ce secteur représente 31 % des émissions françaises. Depuis 1990, les gaz à effet de serre des transports ont augmenté de 9 %. Certes elles sont stables depuis 2008, cependant cette amélioration ne compense pas l’augmentation de la circulation.

Par ailleurs, 97 % des émissions induites par les transports se composent essentiellement de CO2 qui provient de la combustion de carburants. Les moyens de transports routiers participent à la quasi-totalité (soit 94 %) des émissions dans le secteur des transports.

De plus, en rapport avec la circulation routière, les véhicules particuliers émettent à hauteur de 54 % : 24 % pour les poids lourds et 20 % pour les véhicules utilitaires légers.

Tandis que les émissions de GES du transport ferroviaire se trouvent négligeables, le transport aérien intérieur et international représente 4,4 % de la totalité des émissions françaises.

Vous souhaitez en savoir plus sur le boitier Flexfuel ?

Retour
Top
Chers utilisateurs, ce site stocke les cookies sur votre ordinateur.

Ils ont pour but d'améliorer l’expérience de votre site Web, tout en vous fournissant des services plus personnalisés. Si vous souhaitez plus d’informations sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Politique de confidentialité. En acceptant les cookies, vous consentez à leur utilisation. Vous pouvez également paramétrer ces derniers. Si vous refusez, vos informations ne seront pas suivies, au moment de visiter ce site. Un seul cookie sera utilisé dans votre navigateur pour mémoriser votre préférence de ne pas être suivi.
Tout refuser
Personnaliser
Tout autoriser
Paramètres cookies