Aurel Automobile
Tél. : 09 86 53 60 93| Port. : 06 98 66 23 61 |12, Rue des Longues Raies |78440 Gargenville

Code défaut : définition, types et réparation

25/12/2020

Code défaut : définition, types et réparation

Le code défaut ou les codes défauts standards ou génériques renvoient à une liste de codes commune à tous les constructeurs. Cette dernière a été définie de façon à pouvoir être lue et décodée par n’importe quelle valise de diagnostic auto.

Néanmoins, vu que la liste des codes génériques n’est pas toujours suffisante, les constructeurs auto peuvent ajouter de nombreux codes.

 défaut moteur

1. Code défaut : définition

Un code défaut, appelé aussi DTC (Data Trouble Code), renvoie à une série de chiffres selon une lettre qui correspond à un souci détecté sur votre voiture.

Cette lettre permet de fournir une indication sur la famille du défaut :

  • B : cette lettre renvoie à la carrosserie (Body) ;
  • C : correspond au châssis ;
  • P : cette lettre renvoie à un problème au niveau du moteur et/ou de la boîte de vitesse (Powertrain) ;
  • U : correspond aux réseaux de communication (User network) ;

Par ailleurs, le chiffre venant après montre si le code est standard (=0) ou bien spécifique au constructeur (=1). En ajout, les trois nombres suivants indiquent les sous-familles de défauts.

Lors d’un diagnostic auto, les codes les plus fréquents sont les codes de type P qui renvoient au défaut moteur et à la transmission. D’autre part, les codes défauts standards (P0) seront traduits en français dans un logiciel pour avoir une description utile à la réparation. Par ailleurs, les définitions des DTC correspondant aux constructeurs (P1) sont complétées au fur et à mesure. Toutefois, les grandes marques sont déjà bien couvertes (Renault, Peugeot, Ford, etc.).

2. Lire et effacer les codes défauts

Pour faire un diagnostic automobile, on commence par scanner le calculateur moteur en utilisant un boîtier OBD pour permettre la lecture des éventuels codes défauts. Ces codes sont classés en 3 catégories en fonction d’un mode de fonctionnement bien déterminé. Ces catégories sont : les codes confirmés, les codes non confirmés et les codes permanents. Par ailleurs, tout dépend de la fréquence de détection de l’erreur pendant le processus de contrôle.

Code défaut non confirmé, confirmé et permanent

Quand on constate un défaut sur un cycle de conduite, il sera, d’abord, défini comme « volatile ». En cas où l’erreur ne revient pas fréquemment afin de passer le premier seuil, le défaut ne pourra pas être enregistré et sera automatiquement effacé à la fin du cycle de conduite, autrement dit, quand le moteur est éteint.

Par contre, si le défaut revient assez et suivant certaines conditions, il pourra passer au premier seuil et on le considérera comme un code défaut non confirmé. Ensuite, le fonctionnement sera le même et le défaut va passer le deuxième seuil pour devenir un code confirmé. C’est pour cette raison qu’un code défaut confirmé va apparaître aussi dans les codes non-confirmés, car il aura passé les deux seuils.

De cette façon, les défauts sont filtrés pour éviter un retour d’erreurs trop récurrent. Cela peut être dû simplement à un faux contact ou à n’importe quel autre problème mineur. En ajout, on doit réaliser les contrôles sous certaines conditions pour être le plus représentatif possible. Ces conditions renvoient, généralement, à une bonne température du moteur et à un régime >1000 tr/min.

Quant au code permanent, on l’appelle comme cela puisqu’il n’est pas effaçable. Il s’agit donc de défauts mineurs qui impactent rarement la conduite.

3. L’allumage du voyant moteur et les données complémentaires

Seulement les codes défaut confirmés peuvent engendrer l’allumage des voyants moteur. Toutefois, pas tous les codes confirmés ne peuvent le provoquer. En effet, cela dépend de plusieurs conditions.

Suivant la marque et le modèle de la voiture, on peut, avec EOBD Facile Edition Plus, avoir accès aux statuts permettant de définir le cas échéant, ainsi que le code qui a envoyé une recherche d’allumage du voyant.

Par ailleurs, on peut trouver d’autres informations sur la panne et enregistrer beaucoup de données avant de procéder à la réparation et avant d’effacer le défaut.

4. Méthodologie de diagnostic automobile

Pour être efficace lors du diagnostic auto, on recommande de suivre une méthodologie bien précise afin de garantir la réparation des pannes et aussi pour s’assurer de bien enlever les défauts.

Enregistrer les données

Il faut enregistrer les informations de vos codes défauts lors de la première lecture.  Vous pouvez, en outre, imprimer un rapport si vous le souhaitez. Ainsi, quand vous procédez à l’effacement, vous pourrez toujours avoir sous la main les informations du diagnostic électronique précédent. Cela sera utile, notamment, si un défaut revient.

Surveiller et anticiper les codes non confirmés

Définir le code défaut confirmé à l’instant T vous permettra d’anticiper et de surveiller une éventuelle menace. En fait, le code non confirmé peut le devenir plus tard.

En plus, lire les codes de diagnostic non confirmés est aussi utile après avoir effacé un code défaut afin de s’assurer ou non que la réparation électronique automobile a été efficiente.

Retour
Top
Réglage des paramètres de cookies

Chers utilisateurs, ce site stocke les cookies sur votre ordinateur. Ils ont pour but d'améliorer l’expérience de votre site Web, tout en vous fournissant des services plus personnalisés.

Si vous souhaitez plus d’informations sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Politique de confidentialité. En acceptant les cookies, vous consentez à leur utilisation. Vous pouvez également paramétrer ces derniers.

Si vous refusez, vos informations ne seront pas suivies, au moment de visiter ce site. Un seul cookie sera utilisé dans votre navigateur pour mémoriser votre préférence de ne pas être suivi.

  • Régler les paramètres
  • Accepter tous les cookies et continuer vers le site